L'histoire du clocher de notre église

Notre clocher, qui date de cette époque, a été rénové entièrement en 1992. Il abrite une horloge à contre-poids très ancienne, encore en fonctionnement, dont le mouvement entièrement mécanique, datant de 1890, doit être remonté toutes les semaines. Ses quatre cadrans donnent l'heure aux quatre points cardinaux. Notre cloche Marie Eparche, baptisée ainsi du nom de ses parrains et marraines, a eu 250 ans en 2008 ! Elle fut des décennies durant, l'appel aux repas des cultivateurs travaillant au loin.

Faite par Jean Gaudiveau, fondeur de cloches du 18ème siècle, c'est en 1758 qu'elle fut bénite et nommée « Marie Eparche » par Monseigneur Il devert Colombel, prêtre curé de la paroisse. Aujourd’hui, elle ponctue la vie de tous les Auteuillois et elle fait partie intégrante de l'âme du village.

Notre cloche Marie Eparche, a eut 250 ans en 2008 ! Elle fut des décennies durant, l'appel aux repas des cultivateurs travaillant au loin. Faite par Jean Gaudiveau, fondeur de cloches du 18ème siècle, c'est en 1758 qu'elle fut bénite et nommée « Marie Eparche » par Monseigneur Ildevert Colombel, prêtre curé de la paroisse.

La cloche de notre village, « Marie-Eparche », a son bon génie, c'est Thierry VAISSIERE, le sonneur d'Auteuil, qui chaque semaine se rend à l'église pour "entretenir" notre bonne viellle horloge.

C'est lui qui entretient et remonte le mécanisme- qui permet aux quatre cadrans de donner l'heure aux quatre points cardinaux- une fois par semaine, et deux fois lors des passages aux heures d'été et d'hiver et ce, vacances ou pas !

On a tous au fond du coeur ou dans l'imaginaire collectif la nostalgie d'une cloche de village qui sonne les heures et scande régulièrement les moments de la journée.

C'est dire si les Auteuilloises et les Auteuillois sont attachés à la cloche de leur village. Il suffit de voir leur désarroi quand parfois le mécanisme s'arrête et qu'aucun carillon ne vient rappeler les temps forts d'un jour qui passe…